Grèce – Société pour le développement et l'occupation créative des enfants (EADAP)

Par Natassa Papaprokopiou & Athina Kammenou

La Société pour le développement et l'occupation créative des enfants (EADAP) est une organisation à but non lucratif fondée en 1992 par un groupe de spécialistes universitaires. Depuis, c'est :

  • participer à des réseaux européens et internationaux,Annexe-20---logo-EADAP
  • s'engager dans la recherche universitaire,
  • mettre en œuvre des programmes de formation et de formation à distance au niveau local, régional et national,
  • spécialisée dans la formation continue,
  • organiser des activités pédagogiques innovantes pour les jeunes enfants,
  • encourager la coopération entre les parents, les enseignants, les professionnels de la santé et les établissements d'enseignement et de santé
  • s'impliquer dans des programmes favorisant le respect de la diversité,
  • produire du matériel imprimé et audiovisuel et
  • organisation d'ateliers, de conférences, de festivals et de voyages d'études.

L'EADAP est une ONG agréée par le ministère de la Santé (registre n° 0994) et le ministère des Affaires étrangères (registre spécial des ONG n° 384, Hellenic Aid). Depuis 1999, l'EADAP met en œuvre des programmes axés sur :

  • cibles spécifiques comme cela a été fait, par exemple, avec le programme d'éducation interculturelle « Aesop »,
  • des thèmes spécifiques comme par exemple la prévention en matière de santé pour les jeunes enfants, l'éducation à la santé, l'éducation à l'environnement, l'évaluation, etc. et
  • la formulation de contrats entre les décideurs, les cadres intermédiaires et les professionnels.

Quels sont les objectifs de l'EADAP ?

L'objectif de l'EADAP est de promouvoir la qualité des services destinés aux enfants, aux jeunes et à leurs familles à l'intérieur et à l'extérieur de la Grèce par la recherche, la mise en réseau et la participation à des projets et programmes nationaux, européens et internationaux concernant la santé, l'éducation, la culture et l'environnement.

Comment travaillez-vous au niveau national/régional ?

Le point de départ des activités de l'EADAP était d'améliorer les conditions de vie des jeunes enfants principalement dans les zones sous-développées. L'étude en cours de l'évolution des modèles sociaux dans la société grecque et des difficultés à accepter les changements a aidé l'EADAP à acquérir une expertise dans le domaine de la formation en milieu scolaire et des techniques qui favorisent les changements dans les structures préscolaires et scolaires.

Au cours des dernières années, l'EADAP s'est particulièrement concentré sur l'intervention globale pour les enfants et les familles et travaille plus intensément sur les questions de prévention en ce qui concerne la santé des enfants et des jeunes. Un accent particulier est mis sur la manière dont les structures de santé accueillent les enfants et leurs familles, ainsi que sur la recherche-action favorisant les partenariats entre acteurs étatiques et non étatiques. Au cours de l'année écoulée, l'EADAP s'est penchée sur le conseil à distance pour les familles des zones reculées et isolées des îles de la mer Égée.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir membre d'EuroHealthNet ?

La Grèce a été confrontée à une situation sociale et économique extrêmement difficile, qui a gravement affecté les structures existantes de santé, de prévention et d'éducation du secteur public. Pour faire face à la situation, nous avons un besoin impératif d'accompagnement pour nouer des collaborations avec des partenaires expérimentés et certifiés qui ont été confrontés à des situations similaires et s'ouvrent à des possibilités de transfert de savoir-faire et d'expertise. Il est également très important pour nous d'avoir accès à plus d'informations sur les projets, activités et réseaux européens.

Quelle est votre vision (scénario idéal) de la santé publique et de la promotion de la santé dans l'UE ? Comment EuroHealthNet peut-il y contribuer ?

Nous pensons que les agences gouvernementales d'une part et les organisations à but non lucratif, non gouvernementales et plus spécialisées (ex. ONG, Médecins Sans Frontières, etc.) d'autre part peuvent fonctionner de manière complémentaire à travers des partenariats pour promouvoir l'équité en santé.

Le renforcement des structures de gestion plus petites avec l'application de systèmes opérationnels modernes (suivi rapproché, évaluation externe) peut conduire à des actions ciblées, rapides et efficaces et garantir l'efficacité des partenariats. Nous estimons que dans les pays connaissant de graves problèmes de dysfonctionnement, il est nécessaire de mettre en place des mécanismes de contrôle direct appliqués directement du bailleur de fonds au bénéficiaire final.

Utiliser au mieux les fonds disponibles dans les budgets gouvernementaux et profiter de la flexibilité des organisations privées et non gouvernementales peut orienter la santé publique vers des domaines jusqu'ici inexplorés en raison de la bureaucratie et des stratégies de haut en bas. De cette manière, les besoins d'une partie de la population et notamment de ceux qui ont un besoin urgent de soins seront mieux couverts.

EuroHealthNet est un réseau très important d'organisations et d'experts étudiant, analysant et promouvant des pratiques innovantes pour améliorer les politiques de santé publique dans toute l'Europe. Nous estimons que l'expertise issue de ces partenariats peut être reprise par les dirigeants sous forme de principes et de lignes directrices complémentaires et s'intégrer dans des contextes institutionnels. De plus, EuroHealthNet peut promouvoir des partenariats entre diverses organisations gouvernementales et non gouvernementales. Les organismes publics pourront ainsi mieux répondre aux besoins des différents groupes cibles. Après avoir consolidé les idées et suggestions de différents États membres qui partagent peut-être des caractéristiques communes, EuroHelathNet peut les formuler et les promouvoir auprès des directions générales de la Commission européenne. Il est important de maintenir un partage actualisé des stratégies et des meilleures pratiques entre les membres d'EuroHealthNet, afin de renforcer le transfert des partenariats d'innovation.

Docteur Natassa Papaprokopiou

Natassa est titulaire d'un doctorat en éducation. Elle a étudié la psychologie et la pédagogie à Paris à l'Université Paris V-René Descartes. Elle est professeure associée au Département de l'éducation préscolaire de l'Institut pédagogique technologique d'Athènes, membre du conseil d'administration de l'IEDPE (Institut européen pour le développement des potentialités de tous les enfants) et membre du comité scientifique de l'EADAP. Elle a enseigné la pédagogie et la psychologie au niveau universitaire. Elle a également participé à des comités de recherche européens pendant de nombreuses années. Ses recherches portent sur les activités dans les écoles et en particulier les écoles maternelles. De plus, elle s'est systématiquement engagée dans l'étude des innovations pédagogiques et de la formation continue des éducateurs. Ses travaux de recherche ont été publiés dans des revues académiques réputées et elle a fait un grand nombre de présentations lors de conférences internationales. Elle a promu l'innovation dans les écoles et a renforcé la coopération entre les responsables de l'éducation et les organismes éducatifs à l'étranger.

Athina Kamménou

Athina a étudié à la Faculté des enseignants de maternelle/maternelle, ainsi qu'à la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'Université de Genève. Elle a obtenu un diplôme de troisième cycle en éducation spécialisée et intégration des enfants à besoins particuliers dans les structures éducatives préscolaires. Elle a enseigné à la Faculté des Maternelles/Institutrices du canton de Genève. En tant qu'éducatrice, elle a dirigé des jardins d'enfants et des garderies à Genève. Elle a participé aux comités d'évaluation des programmes des garderies et a été responsable de la création et de la mise en œuvre de programmes individualisés pour l'intégration des enfants ayant des besoins particuliers. De retour en Grèce, elle a travaillé pendant deux ans comme consultante pédagogique à l'école maternelle de l'école Ionios, à Athènes. À l'heure actuelle, elle est assistante de laboratoire au Département d'éducation préscolaire (anciennement Département de protection de la petite enfance) de l'Institut d'éducation technologique (TEI) d'Athènes. Depuis 2004, elle collabore avec l'EADAP dans des programmes de recherche et de formation.

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

 

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Vous serez abonné au bulletin mensuel «Health Highlights» d'EuroHealthNet qui couvre l'équité en matière de santé, le bien-être et leurs déterminants. Pour en savoir plus sur la manière dont nous traitons vos données, visitez la section `` confidentialité et cookies '' de ce site.

Le contenu de ce site Web est traduit automatiquement de l'anglais.

Bien que tous les efforts raisonnables aient été faits pour fournir des traductions exactes, il peut y avoir des erreurs.

Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.

Passer au contenu