La santé ne commence pas dans l'assiette ; ça commence à la ferme

Si l’alimentation est largement reconnue comme la pierre angulaire de la santé, son impact sur notre bien-être s’étend bien au-delà du contenu de nos assiettes. L’industrialisation de la production alimentaire, marquée par l’utilisation généralisée de produits chimiques, de machines à grande échelle et d’élevage intensif d’animaux en intérieur, a eu d’importantes conséquences environnementales et sanitaires. Si les conséquences environnementales de l’agriculture intensive sont largement reconnues, ses effets néfastes sur la santé humaine, tant directs qu’indirects, le sont moins. Célia Nyssens-James du Bureau européen de l'environnement (BEE) explore comment nous pouvons modifier nos systèmes alimentaires pour notre bénéfice et celui de notre planète. 

Tout le monde sait ça l’alimentation est un déterminant essentiel de la santé, et dans de nombreuses régions du monde, une mauvaise alimentation est devenue la principale cause de décès prématuré, les populations les plus défavorisées étant les plus touchées. Pourtant, les liens entre alimentation et santé ne commencent pas dans notre assiette.

Le système alimentaire industrialisé, qui a émergé au cours du dernier demi-siècle, s’est fortement appuyé sur des intrants synthétiques tels que des engrais et des pesticides pour augmenter la productivité, sur des mégamachines et sur l’élevage d’animaux en intérieur à haute densité, a entraîné des compromis considérables. Il est bien reconnu que l'agriculture et l'élevage intensifs causent d'énormes dommages à l'environnement. Si les conséquences environnementales de l’agriculture industrialisée sont bien documentées, ses impacts directs et indirects (via la dégradation de l’environnement) sur la santé humaine restent moins reconnus, ce qui jette une ombre sur sa durabilité à long terme.

À long terme, les spécialistes de l'environnement préviennent que l'agriculture intensive érode les ressources naturelles qui sont cruciaux pour nos capacités de production alimentaire en termes de sols sains et d’écosystèmes fonctionnels, etc. le changement climatique – auquel notre système alimentaire contribue largement – rendra également l’agriculture productive de plus en plus difficile, voire impossible dans de nombreuses régions du monde, y compris dans une grande partie de l’Europe du Sud. Il s'agit là de menaces majeures pour notre sécurité alimentaire, et il est clair que les populations les plus pauvres seront les plus durement touchées, car ils ont une plus faible capacité d’adaptation et moins d’accès aux services publics ou au soutien de ceux-ci.

Comment l’agriculture industrielle nous tue à petit feu

Mais nous n’avons pas besoin d’attendre quelques décennies pour ressentir les effets de la production alimentaire industrialisée sur notre bien-être : aujourd’hui déjà, nous payons des coûts de santé importants, mais largement cachés. L’industrialisation de l’agriculture, notamment de l’élevage intensif, constitue un enjeu majeur source de pollution atmosphérique – responsable de 94 % des émissions d’ammoniac (précurseur des particules secondaires PM2.5) et 56 % des émissions de méthane (précurseur de l'ozone troposphérique, un polluant atmosphérique nocif). La menace majeure de antibiorésistance est également clairement lié à l’élevage industriel, avec des gènes de résistance aux antibiotiques trouvé dans les plans d’eau à proximité d’élevages intensifs dans de nombreux pays du monde, y compris en Europe.

Dans les champs, l’usage routinier et intensif des pesticides est directement empoisonner les agriculteurs et les ouvriers agricoles (surtout – mais pas seulement – ​​dans les pays en développement où les règles de sécurité en matière d’utilisation des pesticides sont laxistes). Il existe de plus en plus de preuves selon lesquelles l’utilisation de pesticides contamine notre eau potable et air, laissant des résidus nocifs sur nos aliments posant risques pour la santé. Les enfants sont les plus exposés aux conséquences graves à long terme sur leur santé suite à l’exposition aux pesticides. affecter leurs droits et la pollution généralisée et l’accumulation de pesticides dans l’environnement portent également atteinte à notre droit à un environnement propre et aux droits des générations futures.

« L’exposition aux pesticides a des implications évidentes sur les droits de l’homme » tel est le message sans équivoque de Marcos Orellana, rapporteur spécial des Nations Unies sur les substances toxiques et les droits de l'homme, lors d'une conférence organisé par le BEE au Parlement européen l'année dernière. Dans l’UE, les coûts directement imputables aux pesticides et supportés par nos sociétés s’élèvent à environ 2.3 milliards €/an – deux fois plus élevé que les bénéfices nets réalisés par l'industrie.

Même si nous savons que certains aliments, comme ceux riches en graisses, en sel et en sucre, sont mauvais pour nous, nous ne réfléchissons pas souvent à la façon dont la façon dont nos aliments sont cultivés affecte leur santé. Des études ont montré que la manière dont nous sélectionnons les cultures pour obtenir de plus grands rendements et les rendre plus faciles à cultiver et à vendre a en fait entraîné une forte baisse des vitamines et des minéraux qu'elles contiennent. Cela est également dû à la dégradation généralisée des sols agricoles (affectant fortement le microbiome des sols), ce qui a entraîné une baisse significative de la teneur en micronutriments (vitamines et minéraux) de notre alimentation, ce qui a pour conséquence nuire à la teneur en micronutriments de ce que nous consommons.

On ne peut pas attendre des agriculteurs, en tant qu’acteurs les plus faibles des chaînes de valeur alimentaires, qu’ils entreprennent seuls la transition complexe vers l’agroécologie. Le leadership politique et les politiques de soutien doivent conduire ce changement, et au cœur de celui-ci, une réforme en profondeur de la politique géante de subventions agricoles de l'UE, la Politique agricole commune (PAC), est inévitable.

La PAC a été créée pour soutenir les revenus des agriculteurs, moderniser le secteur agricole et garantir la sécurité alimentaire en Europe. Même s’il a évolué au cours de ses 60 années d’existence, il est resté centré sur ses objectifs initiaux, les objectifs environnementaux n’étant encore qu’un objectif secondaire, tandis que les préoccupations de santé publique ne font même pas partie du débat.

Alors que les discussions démarrent à Bruxelles sur le prochain cycle de réforme de cette politique, le Bureau européen de l'environnement (BEE), aux côtés de BirdLife Europe et du WWF, a récemment publié un document de vision présentant des recommandations clés sur la manière dont la PAC devrait évoluer pour relever les défis de la prochaines décennies, intitulé avec optimisme Un avenir meilleur pour l’alimentation et l’agriculture de l’UE.

Au cœur de nos recommandations se trouve un appel à réorienter entièrement le budget de la PAC de 60 milliards d'euros par an financé par les contribuables, en l'éloignant des subventions non ciblées et parfois même nuisibles, et en aidant plutôt les agriculteurs à faire la transition vers des pratiques et des modèles de production durables ainsi qu'à pour récompenser ceux qui font un effort supplémentaire pour protéger et améliorer les « services écosystémiques » sur leur ferme.

Même si les « arguments environnementaux » en faveur d'un tel changement sont clairs, la manière dont cela se rapporte à l'approche One Health reste peu discutée ou comprise. Pourtant, à la lumière des multiples effets néfastes sur la santé de notre système de production actuel, il devrait être clair que la transformation de notre agriculture et donc la refonte de la PAC sont des étapes incontournables pour parvenir à une santé optimale pour les personnes, les animaux et l’environnement.

Une transformation profonde de notre système alimentaire et agricole est aussi essentielle pour faire face aux crises environnementales mondiales que pour permettre à chacun de jouir pleinement de son droit au meilleur état de santé possible, aujourd’hui et à l’avenir. Alors que les forces défendant le statu quo dominent aujourd’hui le débat politique, il est primordial que les différents mouvements et secteurs défendant des sociétés plus justes, plus vertes ou plus saines unissent leurs forces pour faire pression en faveur du changement.

Le changement est possible...

Cela dresse un tableau plutôt sombre, mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Depuis mouvements populaires dans les hautes sphères de l'ONU et dans toutes les couches intermédiaires de la société, de nombreuses personnes font pression pour une transformation de notre système alimentaire et agricole. La solution défendue par la plupart des mouvements environnementalistes et alimentaires en faveur d’un modèle d’agriculture plus durable est également très prometteuse pour un système alimentaire et agricole plus sain.

Agroécologie – dans son sens étroit, c’est-à-dire nourrir et utiliser des processus naturels pour soutenir une agriculture productive, un concept proche de l’agriculture biologique – est largement reconnue comme une alternative viable à l’agriculture industrielle. Un séminal étude de modélisation a montré que – à condition d’adopter une alimentation plus durable, c’est-à-dire manger moins de produits d’origine animale et consommer davantage de plantes – L’Europe pourrait devenir 100 % agroécologique, ce qui aurait des avantages environnementaux majeurs, tout en nourrissant sa population tout en réduisant sa pression sur les terres des autres pays et en conservant une certaine capacité d'exportation.

L'agroécologie offre aux agriculteurs outils et connaissances pour passer à des pratiques agricoles plus durables et résilientes. Le processus vise à reconnecter l'élevage à la terre et au cycle des nutriments, et à restaurer des sols et des écosystèmes sains, permettant une production alimentaire plus nutritive et une meilleure qualité de vie. la résilience face à un climat changeant. En d’autres termes, il répond à toutes les menaces liées à la santé énumérées ci-dessus.

Mais l’agroécologie est aussi un concept plus large, qui ne s'arrête pas à la ferme, et souligne le importance des relations, des valeurs humaines et sociales et du contrôle démocratique dans le système alimentaire. Aller vers un système alimentaire et agricole agroécologique, c’est aussi reconnecter les producteurs avec les consommateurs et relocaliser les systèmes alimentaires dans une certaine mesure. Cela aussi peut avoir des impacts profondément positifs et transformationnels sur notre santé et notre bien-être, surtout lorsque cela implique également autonomisation de la communauté.

Les agriculteurs, comme l'un des acteurs les plus faibles des chaînes de valeur alimentaires, ne peuvent pas entreprendre seuls la transition complexe vers l’agroécologie. Le leadership politique et les politiques de soutien doivent conduire ce changement, et au cœur de celui-ci, un réforme en profondeur de la politique géante de subventions agricoles de l'UE, la politique agricole commune (PAC), est inévitable.

La PAC a été créée pour soutenir les revenus des agriculteurs, moderniser le secteur agricole et garantir la sécurité alimentaire en Europe. Même s’il a évolué au cours de ses 60 années d’existence, il est resté centré sur ses objectifs initiaux, les objectifs environnementaux n’étant encore qu’un objectif secondaire, tandis que les préoccupations de santé publique ne font même pas partie du débat.

Alors que les discussions démarrent à Bruxelles sur le prochain cycle de réforme de cette politique, le Bureau européen de l'environnement (BEE), aux côtés de BirdLife Europe et du WWF, a récemment publié un document de vision présentant des recommandations clés sur la manière dont la PAC devrait évoluer pour relever les défis de la prochaines décennies, intitulé avec optimisme Un avenir meilleur pour l’alimentation et l’agriculture de l’UE.

Au cœur de nos recommandations se trouve un appel à réaffecter entièrement le budget de la PAC de 60 milliards d’euros par an financé par les contribuables, loin des des subventions non ciblées et parfois même néfastes et plutôt soutenir les agriculteurs dans la transition vers des pratiques et des modèles de production durables, ainsi que récompenser ceux qui font un effort supplémentaire pour protéger et améliorer les « services écosystémiques » sur leur ferme.

Même si les « arguments environnementaux » en faveur d'un tel changement sont clairs, la manière dont cela se rapporte à l'approche One Health reste peu discutée ou comprise. Pourtant, à la lumière des multiples effets néfastes sur la santé de notre système de production actuel, il devrait être clair que la transformation de notre agriculture et donc la refonte de la PAC sont des étapes incontournables pour parvenir à une santé optimale pour les personnes, les animaux et l’environnement.

…si nous nous battons ensemble

Tandis que les mouvements pour la santé et l’environnement ont souvent poursuivi leurs objectifs respectifs de manière indépendante, leurs objectifs sont intrinsèquement liés et constituent les deux faces d’un même pièce de monnaie. La prédominance d’aliments bon marché et ultra-transformés rappelle brutalement le lien entre la dépendance du système agricole industrialisé à l’égard d’une production fortement subventionnée de produits à faible coût.

L' Bureau européen de l'environnement a fait valoir, aux côtés de nombreux alliés, notamment des organisations de santé publique telles qu'EuroHealthNet dans le Coalition pour la politique alimentaire de l'UE, nous ne pouvons pas résoudre les problèmes individuels du système alimentaire sans un changement systémique, impulsé par des changements politiques et législatifs holistiques et transversaux. Le le besoin et l’appétit démocratique du changement ont été quelque peu reconnus par la Commission européenne il y a quatre ans, lorsqu'il a publié le Pacte vert pour l'Europe - le projet visant à faire de l'UE le premier continent climatiquement neutre d'ici 2050 - et en mai 2020 son volet agroalimentaire, le Stratégie de la ferme à la fourchette. Il s’agissait d’énormes pas dans la bonne direction, avec un engagement clair à évoluer vers un système alimentaire plus juste, plus sain et plus durable grâce à une approche politique transversale ; soutenu par des objectifs concrets et un engagement à proposer un nouveau cadre juridique sur un système alimentaire durable. Finalement, il semblait qu’un véritable changement se profilait à l’horizon.

Mais aujourd'hui, après une période intense et prolongée Campagne anti-de la ferme à l'assiette menée par les lobbies et les personnes influentes de « Big Ag » et de l'industrie agrochimique hommes politiques ayant des liens étroits pour eux, il semble que nous soyons revenus à la case départ. La Commission européenne a abandonné la législation phare promise sur les systèmes alimentaires durables et un meilleur bien-être animal, et a retardé silencieusement et indéfiniment des initiatives clés liées à l'alimentation de la ferme à la table, telles que l'étiquetage nutritionnel sur le devant des emballages et une révision des subventions de l'UE pour l'agriculture. campagnes de promotion alimentaire (critiquées pour promouvoir la consommation d'aliments et de boissons que les Européens devraient consommer moins).

Une transformation profonde de notre système alimentaire et agricole est aussi essentielle pour faire face aux crises environnementales mondiales que pour permettre à chacun de jouir pleinement de son droit au meilleur état de santé possible, aujourd’hui et à l’avenir. Alors que les forces défendant le statu quo dominent aujourd'hui le débat politique, il est primordial que le différents mouvements et secteurs défendant des sociétés plus justes, plus vertes ou plus saines unissent leurs forces pour faire pression en faveur du changement. Les élections européennes de juin 2024 constituent une opportunité cruciale pour inscrire une alimentation saine et durable à l’agenda public et politique. Travaillons ensemble pour remettre le changement sur la table.

Un avenir meilleur pour l’alimentation et l’agriculture de l’UE

Lisez le rapport du BEE « Un avenir meilleur pour l'alimentation et l'agriculture de l'UE » en collaboration avec le WWF Europe et BirdLife Europe sur leur appel à une transformation structurelle de la politique agricole commune de l'UE pour soutenir une transition juste vers la durabilité.

Capture d'écran 2023-11-28 141410
Célia Nyssens-James
Chargé principal des politiques pour l'agriculture et les systèmes alimentaires at Le Bureau européen de l'environnement (BEE)

Célia Nyssens-James dirige les travaux du Bureau européen de l'environnement sur les politiques agricoles et alimentaires de l'UE. Avant de rejoindre l'EEB, elle a travaillé sur l'agriculture, la santé publique et la politique climatique en Écosse. Elle est titulaire d'un B.Sc. en Sciences Politiques de la KULeuven et d'un M.Sc. en politique environnementale mondiale de l’Université d’Édimbourg. Suivez @Green_Europe.

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

 

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Vous serez abonné au bulletin mensuel «Health Highlights» d'EuroHealthNet qui couvre l'équité en matière de santé, le bien-être et leurs déterminants. Pour en savoir plus sur la manière dont nous traitons vos données, visitez la section `` confidentialité et cookies '' de ce site.

Le contenu de ce site Web est traduit automatiquement de l'anglais.

Bien que tous les efforts raisonnables aient été faits pour fournir des traductions exactes, il peut y avoir des erreurs.

Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.

Passer au contenu