Faire quelque chose, faire plus, faire mieux

« Faire quelque chose, faire plus, faire mieux » semble être la recommandation finale de l'examen récemment lancé par l'OMS des déterminants sociaux et de la fracture sanitaire (ce message a été repris par les membres du groupe d'experts de la CE sur les déterminants sociaux de la santé ( Luxembourg, 29-30 octobre 2013) dans leur discussion sur le document de travail des services de la Commission sur les inégalités de santé ainsi que sur le prochain rapport d'experts de la CE sur les inégalités de santé auquel EuroHealthNet a contribué.

Quelques faits et chiffres : les preuves citées dans ces rapports montrent clairement certaines améliorations concernant l'espérance de vie au cours de la dernière décennie, comme une heureuse baisse de l'inégalité de la mortalité infantile entre les États membres de l'UE de 32 % entre 2001 et 2011. Cependant, le tableau est moins optimiste pour la tranche d'âge 15-24 ans, où les inégalités de mortalité (entre les États membres de l'UE ?) se sont accrues depuis 2000. Il reste également de grandes inégalités d'espérance de vie entre les régions de l'UE (ce qui démontre l'importance de l'utilisation des Fonds structurels , voir ailleurs dans ce Magazine).

Les preuves montrent en outre de fortes corrélations entre les dépenses de protection sociale et la santé autodéclarée dans un pays. Par exemple, les données EUSILC indiquent une relation claire entre le comportement tabagique et les difficultés à payer les factures. La gravité de la privation matérielle a également une forte relation graduée avec les résultats de santé autodéclarés. Certains indicateurs reflètent que, ces dernières années, la situation relative aux inégalités de santé s'est améliorée, tandis que d'autres reflètent une absence de changement ou une nette détérioration. On s'attend à ce que la crise économique actuelle aggrave cette situation.

« Faire quelque chose, faire plus, faire mieux » est donc une recommandation bienvenue pour les gouvernements nationaux et régionaux d'intensifier leur action politique sur l'équité en santé. L'examen de l'OMS explique comment cela doit être fait. Quatre domaines d'action ont été identifiés :

  • Actions se référant au parcours de vie, et en particulier assurer un bon départ dans la vie pour chaque enfant, traitant de la pauvreté des enfants, des politiques parentales ainsi que des politiques actives du marché du travail ;
  • Actions au niveau sociétal, telles que garantir des niveaux et une répartition adéquats de la protection sociale ;
  • Des actions au niveau macro, notamment l'atténuation des effets sur la santé de la crise économique et des actions liées au développement durable et à l'environnement ;
  • Actions au sein des systèmes, plaidant pour des approches « globales » et des contributions des systèmes de santé à la lutte contre les inégalités de santé, y compris une action sur les facteurs de risque.

D'autres recommandations transversales concernant l'équité entre les sexes, les approches fondées sur les actifs et l'autonomisation sont essentielles à prendre en compte dans l'établissement (ou la révision des stratégies existantes) pour l'équité en santé.

La Commission européenne contribue également à ce débat en fournissant des points d'entrée pour l'action aux États membres, avec ses programmes de financement, ses politiques, ses processus de réflexion et ses documents d'orientation. Un bon exemple est le paquet global d'investissements sociaux, qui énonce des recommandations supplémentaires dans de nombreux domaines importants, y compris sur l'investissement dans les enfants et dans la santé. Malheureusement, en termes de programmes de financement, l'avenir ne s'annonce pas si radieux. Il est prévu que le programme de recherche de la CE Horizon 2020 ainsi que le programme de santé publique de la CE n'incluent pas d'appels explicites de financement sur la lutte contre les inégalités de santé. Dans les Fonds structurels, il n'y a pas de priorité spécifique en matière de santé, il est fait mention des inégalités en matière de santé sous le thème « promouvoir l'inclusion sociale et lutter contre la pauvreté ». Il appartient donc aux gouvernements et organisations des États membres d'intensifier leurs actions et d'identifier davantage les mesures concrètes qui peuvent être prises dans leurs contextes et au moins faire quelque chose, faire plus ou faire mieux….


Pour accéder au document de travail des services de la Commission européenne sur les inégalités de santé, cliquez ici

Pour accéder à la Revue de l'OMS sur les déterminants sociaux et la fracture sanitaire, cliquez ici

Pour accéder au Paquet d'investissement social, cliquez ici

Aiguille de Clive
Directrice des politiques et du plaidoyer at EuroSantéNet

Clive conseille le conseil d'administration et le directeur général d'EuroHealthNet sur les politiques relatives à la santé pour toutes les activités et actions de l'UE sur les déterminants sociaux, économiques et environnementaux de l'équité et du bien-être. Il a été auparavant directeur général d'EuroHealthNet pendant treize ans et continue de travailler en soutien à l'OMS et à d'autres organisations et projets internationaux en Europe.

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

 

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Vous serez abonné au bulletin mensuel «Health Highlights» d'EuroHealthNet qui couvre l'équité en matière de santé, le bien-être et leurs déterminants. Pour en savoir plus sur la manière dont nous traitons vos données, visitez la section `` confidentialité et cookies '' de ce site.

Le contenu de ce site Web est traduit automatiquement de l'anglais.

Bien que tous les efforts raisonnables aient été faits pour fournir des traductions exactes, il peut y avoir des erreurs.

Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.

Passer au contenu