Comportement et culture : les piliers de la santé publique et de la promotion de la santé

L’amélioration de la santé publique nécessite de ne plus se concentrer sur les comportements individuels mais de créer des environnements favorables à des choix plus sains. Il ne s’agit pas seulement d’encourager les individus à arrêter de fumer, à maintenir un niveau d’activité physique ou à vacciner leurs enfants ; il s’agit de façonner les environnements dans lesquels ces comportements liés à la santé se déroulent. En rendant les aliments sains plus accessibles et abordables, en intégrant une alimentation saine dans l’éducation et en fournissant des informations claires sur les services scolaires et la politique alimentaire, nous pouvons créer un environnement favorable qui incite les individus à faire des choix plus sains.

L’amélioration de la santé publique nécessite un effort collectif pour créer des environnements plus sains. Ce changement de mentalité est crucial pour favoriser un changement durable. Lien Van der Biest, membre du personnel senior de l'Institut flamand pour un mode de vie sain en Belgique, fournit des informations précieuses sur la manière dont la Flandre met en œuvre des approches innovantes pour améliorer un mode de vie sain.

Qu’il s’agisse d’arrêter de fumer, de maintenir un niveau d’activité physique ou de se sentir incertain quant aux vaccinations, nous savons tous que l’amélioration de la santé publique s’accompagne de changements de comportement. Mais il ne s'agit pas seulement pour les individus de modifier leurs comportements en matière de santé, il s'agit également de créer des environnements qui soutiennent des changements de comportement et des choix plus sains. Après tout, l’environnement dans lequel nous vivons constitue le contexte dans lequel ces comportements liés à la santé doivent avoir lieu et peut soit les favoriser, soit les affaiblir. Les enfants ont-ils la possibilité de prendre des repas chauds à l’école et quel est le prix de ce service ? Existe-t-il suffisamment d’alternatives pour le déjeuner, comme des options végétariennes, végétaliennes ou halal ?

Si nous voulons soutenir des changements durables, nous devons nous attaquer à ces causes profondes et adapter l’environnement. Nous devons rendre les aliments sains plus accessibles et abordables, aider les enseignants à intégrer une alimentation saine dans les cours et informer les parents et les enfants sur les services scolaires et la politique alimentaire. Il est important de noter que les adaptations à l’environnement nécessitent également des changements de comportement. Non pas de la population générale ou de certains groupes à risque, mais d’agents environnementaux qui détiennent le pouvoir de façonner les environnements dans lesquels nous vivons et qui, à leur tour, ont un impact sur nos choix en matière de santé.

La pandémie de COVID-19 a été un signal d’alarme pour les gouvernements et leurs approches à l’égard de nos systèmes de santé. La pandémie a été un moteur majeur pour les décideurs politiques et autres parties prenantes, qui ont commencé à reconnaître le rôle essentiel des connaissances comportementales et culturelles (BCI) dans la santé publique en Belgique et dans d’autres pays.

Aborder les complexités de l’équité en santé

Ayant une formation de psychologue de la santé, ma force réside dans la compréhension des gens et de leurs comportements individuels par rapport à leurs objectifs de vie (liés à la santé). Travaillant dans le domaine de la promotion de la santé, l'une des choses qui m'a frappé est la façon dont les déterminants de la santé individuelle et les déterminants de la santé environnementale sont étroitement liés.. Prenons par exemple la prévention de l'obésité. Le maintien d’une alimentation saine et d’une activité physique dépend d’interactions complexes entre des déterminants individuels et environnementaux. Littératie en matière de santé, environnements alimentaires sains (à la maison, à l'école, au travail ou dans l'espace public), prix des aliments, incitations au transport actif, normes culturelles, habitudes, quartiers accessibles à pied - tous ces facteurs jouent un rôle dans un mode de vie sain.

De plus, la plupart de ces déterminants de la santé ne sont pas répartis de manière égale., et cela conduit à d’énormes inégalités en matière de santé. Par exemple, les personnes en situation de vulnérabilité sociale peuvent avoir des connaissances limitées en matière de santé, vivre dans des quartiers offrant peu d’options alimentaires saines et une publicité accrue pour les aliments malsains, et être confrontées à une insécurité routière accrue par rapport à la population générale. De plus, ils pourraient ne pas être en mesure de donner la priorité à une cuisine saine et à l’exercice physique, en raison de facteurs de stress (par exemple financiers) qui limitent la bande passante mentale dont les gens ont besoin pour faire des choix judicieux en matière de santé à long terme. Parallèlement à cela, les prestataires de santé, y compris les services de soins de santé préventifs, peuvent ne pas leur être suffisamment accessibles.

Une vision comportementale et culturelle des défis de santé

Le pouvoir de notre environnement à déterminer, saper ou soutenir les comportements liés à la santé est indéniable. Si nous voulons relever les défis de santé qui nous menacent aujourd'hui (par exemple le diabète, les maladies coronariennes, l'obésité, le cancer, etc.), il ne faut pas imposer aux individus la responsabilité de vivre en meilleure santé. Nous devons donner la priorité à la création d’environnements favorables à la santé et à l’équité. Des environnements dans lesquels vivre sainement est facile, normal et attrayant.

Au fil des dernières années, je suis devenu convaincu qu'en intégrant des visions multidisciplinaires sur la promotion de la santé et la prévention des maladies telles que la sociologie, la psychologie, l'anthropologie, etc., nous pouvons mieux comprendre les interactions complexes entre les déterminants de la santé. C'est ma conviction que les connaissances comportementales et culturelles (BCI), issues de ces perspectives, peuvent fournir une perspective utile pour mieux comprendre les obstacles individuels et environnementaux inégalement divisés à une vie saine. L’intégration systématique d’une approche BCI peut aider à élaborer des stratégies visant à surmonter ces obstacles, tout en tenant compte des relations complexes entre elles.

Dévoiler des informations comportementales avec la « Roue du comportement »

Au Institut flamand pour une vie saine (Gezond Leven), nous aidons les individus, les groupes et les communautés à surmonter les défis de santé et les inégalités en matière de santé. Pour ce faire, nous fournissons des informations sur la santé fondées sur des données probantes, des outils et des interventions de promotion de la santé prêts à l'emploi, ainsi que des conseils politiques et une collecte de données. Grâce à notre 'Académie de vie saine», nous renforçons et comblons également le fossé entre tous les acteurs impliqués dans la promotion de la santé et la prévention des maladies. Notre travail est adapté au contexte et aux besoins de divers contextes, des organisations de soins de santé et de bien-être aux écoles, garderies, lieux de travail et municipalités, couvrant un large éventail de sujets de santé, notamment les connaissances comportementales et les inégalités en matière de santé.

En 2016, l’Institut flamand pour une vie saine a décidé de faire du BCI un outil puissant pour améliorer la santé et le bien-être. Premièrement, nous devions sensibiliser, intéresser et soutenir la BCI parmi les principales parties prenantes (membres d’organisations de promotion de la santé et de prévention des maladies, décideurs politiques, chercheurs, prestataires de soins,…). Pour moi, la meilleure façon d’y parvenir était de créer un langage commun, une image commune pour les connaissances comportementales. Cela a conduit au développement de la Roue du comportement, un modèle simple mais complet qui illustre comment différents facteurs influencent les comportements liés à la santé. Basé sur Susan Michie et ses collègues (2013) Mode COM-Bl, la roue met davantage l'accent sur les facteurs environnementaux, tels que l'accès à des options alimentaires saines, des quartiers sûrs et accessibles à pied et des réseaux sociaux de soutien. Le modèle donne un aperçu très simple mais complet des types de déterminants comportementaux qui peuvent influencer les comportements liés à la santé, à savoir les capacités (au sein de l'individu), les opportunités (dans l'environnement dans lequel les comportements doivent se dérouler) et la motivation qui en résulte.

Ce modèle met en évidence comment les comportements sont influencés par des facteurs à la fois individuels et environnementaux, et comment cela peut affecter la santé des personnes ou des populations. Les déterminants comportementaux du modèle sont universels. Elle s'applique donc à tous les types de comportements : depuis les comportements de santé des citoyens, tels qu'une alimentation saine et des rapports sexuels protégés, jusqu'au rôle que jouent les comportements professionnels des prestataires de soins de santé ou d'autres agents environnementaux dans les comportements de santé de certains groupes cibles (par exemple, les enseignants des écoles). ou infirmières dans les hôpitaux). En comprenant et en éliminant les obstacles que rencontrent les personnes des deux groupes dans l’atteinte de leurs objectifs en matière de santé, nous pouvons œuvrer à une meilleure santé et à une plus grande équité en matière de santé. Ce modèle fournit un cadre pour identifier et structurer ces obstacles, ce qui constitue une première étape essentielle dans la planification des interventions de promotion de la santé.

Mise en œuvre des BCI : une approche étape par étape

Pour rendre la Roue du comportement accessible et facile à utiliser, nous avons développé une suite de ressources de support, notamment une courte brochure électronique, un apprentissage en ligne plus complet, un guide d'inspiration et un graphique animé. Nous avons également intégré le modèle dans des cours et des conférences connexes, ainsi que dans des documents (tels que des propositions de projets et des rapports), et nous en avons fait la promotion dans les médias imprimés et en ligne.

L'adoption du modèle a eu un effet boule de neige, car il est devenu un élément essentiel des programmes de soins primaires dans la plupart des universités et hautes écoles flamandes, dans certaines écoles secondaires, dans plusieurs études de promotion de la santé et, de manière significative, dans de multiples interventions de promotion de la santé sur le terrain. Cela a également suscité des opportunités de collaboration passionnantes et intéressantes, telles que le projet Peul-Chain, qui a démontré avec succès la puissance et les avantages de l'approche BCI.

La pandémie de COVID-19 a été un signal d’alarme pour les gouvernements et leurs approches à l’égard de nos systèmes de santé. La pandémie a été un moteur majeur pour les décideurs politiques et autres parties prenantes, qui ont commencé à reconnaître le rôle essentiel des BCI dans la santé publique en Belgique et dans d’autres pays. Notre équipe a ainsi bénéficié d’une fenêtre d’opportunité unique pour faire progresser l’utilisation des BCI en Flandre.

Alors, qu'avons-nous fait? Notre programme de renforcement des capacités BCI se développe régulièrement, offrant une sélection de ressources et de méthodes pour aider les gens à comprendre les comportements, à soutenir le changement de comportement et à évaluer les interventions de changement de comportement. Nous avons également intégré des connaissances et des stratégies culturelles pour œuvrer à une plus grande équité en matière de santé. Le package comprend des informations, du matériel et des outils, des cours et des formations, ainsi que des conseils et des partenariats personnalisés.

L’avancement des travaux du BCI en Flandre : prochaines étapes

Alors que nous prévoyons de faire progresser le travail de BCI en Flandre, nous sommes ravis d'avoir récemment découvert le 'Cadre d’action régional européen pour des connaissances comportementales et culturelles pour la santé, 2022-2027'. Ce cadre fournit une feuille de route pour utiliser les BCI pour créer des communautés plus saines et équitables. Il s’agit du tout premier engagement visant à mettre en œuvre des BCI à cette échelle.

Avec ses 5 engagements stratégiques et le modèle de progrès qui l'accompagne, ce cadre a fourni des informations inestimables pour planifier nos prochaines étapes pour le travail de BCI en Flandre. Il fournit non seulement un cadre fondé sur des données probantes, mais également des objectifs pratiques ainsi que des outils et des idées pratiques pour les atteindre.

Nous avons également complété l'enquête d'auto-évaluation basée sur le modèle de progrès, qui nous a donné un aperçu de nos forces et de nos faiblesses dans notre travail actuel de BCI en Belgique. Nous avons l’ambition d’obtenir un score plus élevé lors de la prochaine auto-évaluation en 2025 et nous savons que plusieurs avancées sont nécessaires pour atteindre cet objectif.

Accélérer l’application des BCI

Pour accélérer l'application des BCI, nous construisons un réseau BCI dédié composé de parties prenantes clés en Flandre et en Wallonie (niveau fédéral), aux Pays-Bas et dans la région européenne au sens large. Cela nous aidera à créer une compréhension et à maintenir le soutien aux BCI parmi les principales parties prenantes. La création d'un réseau BCI dédié en Belgique peut nous aider à créer une dynamique en faveur des BCI parmi les principales parties prenantes (engagement stratégique n°1 dans le cadre de l'OMS), à combler le fossé entre la recherche, la politique et la pratique, et à jeter des bases solides pour notre prochaine auto-évaluation. en 2025.

La reconnaissance des BCI dépasse largement les frontières de la Belgique, où ils font déjà des vagues dans le domaine de la santé publique. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) Europe entretient activement une communauté de pratique dynamique, réunissant des experts et des États membres de toute la région pour traduire les principes de la BCI en stratégies pratiques. Cette plate-forme dynamique, axée sur l'exploitation de la puissance des BCI, constitue une plateforme inestimable pour le partage de connaissances, l'échange d'expériences et les efforts de collaboration.

Alors que les BCI continuent de gagner du terrain, l’engagement de l’OMS Europe à favoriser un réseau mondial de praticiens ouvre la voie à un changement transformateur. En rassemblant diverses perspectives et expertises, l'OMS Europe permet aux individus et aux organisations d'appliquer efficacement les principes de la BCI, conduisant ainsi à un monde plus sain et plus équitable.

Libérer la valeur économique pour la santé publique

Pour réaliser des progrès à long terme dans le travail de BCI, nous devons investir dans les ressources humaines et financières et constituer une équipe ou une unité solide pour diriger le changement et assurer leur durabilité. (engagement stratégique 4 dans le cadre de l’OMS). Cela signifie plaider pour un soutien financier du gouvernement pour constituer une équipe ou une unité BCI (en fonction des fonds gouvernementaux), ce qui faciliterait grandement l'application et la mise en œuvre des BCI.

Malheureusement, cette solution n’est pas une solution facile et comporte son lot de défis. L’un des défis majeurs consiste à convaincre les décideurs politiques d’allouer des ressources suffisantes à la BCI. Les soins de santé préventifs sont déjà gravement sous-financés en Belgique et dans de nombreux autres pays, de sorte que les décideurs politiques hésitent à allouer davantage de ressources à ce domaine.

Alors, quelle est la solution? Nous devons démontrer la rentabilité et la valeur économique des BCI. Montrez aux gouvernements comment les BCI peuvent être un moyen efficace et efficient de planifier les politiques, les services et la communication liés à la santé afin d'améliorer la santé publique. Les BCI peuvent nous aider à comprendre les facteurs qui influencent les chances des gens de mener une vie saine et à développer des stratégies de promotion de la santé plus efficaces. Mais il est difficile de le prouver, compte tenu de la complexité des interactions entre les déterminants de la santé et de la difficulté de mesurer l’impact à long terme des interventions de promotion de la santé (surtout lorsque l’on travaille avec des budgets limités).

Nous sommes enthousiasmés par l’avenir des BCI, mais nous savons que le changement de comportement est lent et complexe. Ce n’est pas un succès du jour au lendemain, c’est pourquoi il est crucial de partager les meilleures pratiques inspirantes et de rassembler les gens pour échanger des connaissances et des idées. En tant que professionnels de la santé, nous devons faire preuve d’adaptabilité et évaluer constamment les obstacles et les opportunités liés à l’adoption de la BCI. Cela implique peut-être de devoir changer nos propres pratiques et approches en cours de route.

Donner du pouvoir aux promoteurs de la santé

Pour améliorer les résultats des politiques, des services et de la communication liés à la santé, nous devons investir dans la mise en œuvre des BCI parmi les promoteurs de la santé et les autres parties prenantes concernées. En tant que spécialistes du comportement, nous adoptons une approche comportementale et culturelle de la mise en œuvre des BCI. Nous posons des questions telles que :

  • Qui voulons-nous aider à appliquer les BCI ?
  • Que signifie exactement « mettre en œuvre » les BCI ?
  • Qui le fait déjà et qui ne le fait pas ?
  • Quels sont les obstacles et les opportunités liés à la collecte et à l’utilisation des BCI ?
  • Comment pouvons-nous, en tant que bâtisseurs de capacités, aider ?

En explorant ces questions de manière approfondie, nous construisons une base solide pour des efforts ciblés de renforcement des capacités.

Nous concentrerons nos efforts sur les professionnels des soins de santé préventifs et du bien-être, y compris les prestataires de soins primaires (médecins généralistes, infirmiers, physiothérapeutes, etc.), en examinant leurs programmes éducatifs dans l'enseignement supérieur, les promoteurs de la santé (par exemple, les développeurs d'interventions), les gouvernements locaux et les décideurs politiques. , et les organisations à partir desquelles ils opèrent. Nous tenterons d'adapter notre formation aux intérêts, aux contextes professionnels et aux besoins de chaque groupe cible afin qu'ils puissent développer les compétences et les connaissances nécessaires pour utiliser efficacement les BCI.

Nous n'aidons pas seulement les gens à découvrir les BCI, nous construisons une culture de soutien aux BCI. Nous proposerons aux décideurs des organisations clés de les aider à intégrer les BCI dans leur structure, leur culture et leurs procédures. Par exemple, les organisations peuvent accompagner leurs employés en leur fournissant des logiciels, des guides et des outils pour évaluer les déterminants comportementaux d'un groupe cible ou analyser les effets d'une initiative comportementale.

Nous sommes enthousiasmés par l’avenir des BCI, mais nous savons que le changement de comportement est lent et complexe. Ce n’est pas un succès du jour au lendemain, c’est pourquoi il est crucial de partager les meilleures pratiques inspirantes et de rassembler les gens pour échanger des connaissances et des idées.

En tant que professionnels de la santé, nous devons faire preuve d’adaptabilité et évaluer constamment les obstacles et les opportunités liés à l’adoption de la BCI. Cela implique peut-être de devoir changer nos propres pratiques et approches en cours de route.

Leçons apprises : notre parcours BCI jusqu’à présent

Apprenez à connaître les désirs et les besoins de vos parties prenantes, et adaptez vos efforts de renforcement des capacités en conséquence. Cela signifie mener des évaluations des besoins, parler aux participants et rejoindre les réseaux pertinents. Découvrez ce qui les empêche et les motive à utiliser les BCI et planifiez des actions ciblées pour répondre à ces besoins.

Incluez vos parties prenantes dans le processus et valorisez leurs idées uniques et le rôle potentiel dans la poursuite des travaux de la BCI. Cela vous aidera à créer un réseau de champions BCI.

Inspirez les parties prenantes des « adoptants tardifs de la BCI » en partageant le succès des « adoptants précoces de la BCI » parties prenantes, responsabilisant ces derniers en même temps. Recueillez et partagez des bonnes pratiques et des témoignages sur l’application des BCI pour y parvenir.

Faites-le « PROCHE »

  • Fais-le Nnormal. Montrez combien de personnes utilisent déjà les BCI. Cela le rendra moins inconnu et plus courant.
  • Fais-le Easy. Mais pas trop facile. Fournissez des outils pratiques et facilitez le démarrage, mais ne le rendez pas si simple que cela semble trivial. Faites-en quelque chose que les gens voudront peut-être essayer.
  • Fais-le Aattrayant. Faites en sorte que BCI utilise quelque chose dont elle peut être fière et illustrez comment elle peut aider les gens à atteindre leurs objectifs.
  • Fais-le Routine. Intégrez l’utilisation de BCI dans les procédures et flux de travail organisationnels. Faites-en une partie de la « norme » et une partie attendue du travail.

Le projet Peul-chain : appliquer la BCI à la chaîne alimentaire

Légumineuses ou légumineuses comme les pois chiches, les haricots rouges, blancs et noirs, les lentilles sont une alternative saine et écologique à la viande, mais elles ne constituent pas encore un incontournable de l'alimentation flamande. Pour stimuler la consommation de légumineuses et réaliser cette transition protéique, il est important d’aborder l’ensemble du système alimentaire, de la culture à la consommation, en passant par la production.

Le projet Peul-chain s'est penché sur les obstacles et les facilitateurs de la culture, de la production et de la consommation de légumineuses en Flandre (Belgique). En utilisant la Roue du Comportement comme guide, nous avons interrogé des agriculteurs, des producteurs et des consommateurs pour obtenir des informations clés et collecter des données.

Pour les agriculteurs, un environnement favorable (par exemple, l'accès à l'information sur des connaissances et des infrastructures spécifiques en matière de culture) est apparu comme un déterminant clé de la culture des légumineuses. Pour les consommateurs, nous avons constaté que les interventions visant à modifier les comportements doivent aller au-delà des campagnes d’information sur les bienfaits pour la santé. Les opportunités les plus importantes pour améliorer les achats et la consommation comprennent le prix, le goût, l’accessibilité et la commodité de la cuisine avec des légumineuses.

La consommation de légumineuses semble également dépendre de la culture alimentaire existante et des habitudes alimentaires des différents groupes cibles (par exemple, les hommes de plus de 50 ans sont moins convaincus de cuisiner avec des légumineuses). En outre, le fait que les agriculteurs flamands s'efforcent de cultiver des légumineuses a également été perçu comme une opportunité de consommation.

En 2023, nous avons lancé une campagne de communication visant à stimuler la consommation de légumineuses, sur la base des informations comportementales que nous avons recueillies dans notre étude. Notre objectif était de surmonter certains des obstacles à la consommation de légumineuses, tels que la barrière culturelle qu'il y avait chez les hommes âgés de 50 ans et plus, qui consistaient à ne pas connaître ou aimer les légumineuses. Nous avons transformé cette barrière en un catalyseur culturel en faisant d'un homme de plus de 50 ans la star principale de notre vidéo de campagne. Cette vidéo s'est avérée la plus populaire de la campagne et, plus important encore, elle a atteint notre public cible avec succès, car elle montre l'homme préparant un délicieux menu à base de légumineuses pour sa famille, tout en expliquant à quel point il est facile et économique de motiver les autres à partir de cette campagne. groupe de population à essayer de préparer et de manger des légumineuses.

Pour nous, cette approche BCI nous a fourni des informations utiles sur la manière de développer des stratégies ciblées de changement de comportement. Cela nous a permis d'éviter de créer une campagne qui n'aurait pas atteint son objectif et n'aurait motivé que ceux qui adoptaient déjà le comportement souhaité.

Le projet Peul-Chain est une collaboration entre l'Institut flamand pour une vie saine et l'ILVO flamand (Institut de recherche pour l'agriculture, la pêche et l'alimentation) et a été financé par le gouvernement flamand.

 

Lien Van der Biest

Lien Van der Biest travaille actuellement à l'Institut flamand pour une vie saine et est membre senior du département d'analyse comportementale. Lien a également effectué des recherches en psychologie de la santé, en psychologie cognitive et en sciences du comportement.

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

 

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Vous serez abonné au bulletin mensuel «Health Highlights» d'EuroHealthNet qui couvre l'équité en matière de santé, le bien-être et leurs déterminants. Pour en savoir plus sur la manière dont nous traitons vos données, visitez la section `` confidentialité et cookies '' de ce site.

Le contenu de ce site Web est traduit automatiquement de l'anglais.

Bien que tous les efforts raisonnables aient été faits pour fournir des traductions exactes, il peut y avoir des erreurs.

Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.

Passer au contenu