Sommes-nous sur la bonne voie pour atteindre l'ODD 3 visant à réduire les MNT en Europe ?

Caroline Costongs, directrice d'EuroHealthNet, passe en revue les dernières preuves indiquant si les pays européens sont sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de réduction du fardeau des maladies non transmissibles (MNT). Alors que l'UE a certainement fait des progrès, le taux de réduction des maladies non transmissibles ralentit. Quelles sont les initiatives prises au niveau européen et international pour accélérer l'action ?

Le temps passe vite et il ne reste que 8 ans pour atteindre les objectifs de l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable. Les pays européens atteindront-ils l'objectif de développement durable (ODD) numéro 3, "Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge" ? La pandémie a affecté les progrès et introduit de nombreuses priorités sanitaires concurrentes. Ainsi, il est important de prendre le temps d'évaluer et d'évaluer nos améliorations en matière de santé – avant qu'il ne soit trop tard.

L'ODD 3 comporte plusieurs cibles, dont la cible 3.4 visant à réduire les maladies non transmissibles (MNT). Les MNT sont les principales causes de mauvaise santé dans le monde et étaient responsables de sept décès prématurés sur dix en 2019 (QUI 2022).

Au titre de la cible 3.4, les pays se sont engagés à, d'ici 2030, réduire d'un tiers la mortalité prématurée due aux MNT, par la prévention et le traitement, et promouvoir la santé mentale et le bien-être. Les progrès sont évalués à l'aide de deux indicateurs :

3.4.1 Taux de mortalité attribué aux maladies cardiovasculaires, au cancer, au diabète ou aux maladies respiratoires chroniques

3.4.2 Taux de mortalité par suicide

download
ia-sb-_MMdxl-jUHo-unsplash

Où en est-on de l'indicateur MNT 3.4.1. ?

L'OMS et l'Union européenne (UE) ont récemment publié leurs rapports de suivi des ODD (QUI 2022, Eurostat 2022). Malheureusement, la plupart des données datent d'avant la COVID-19 et ne reflètent donc pas tous les impacts de la pandémie. L'état réel des MNT en Europe devrait donc être pire que prévu, car de nouvelles preuves nous indiquent que la pandémie a aggravé le fardeau existant des MNT, ainsi que certains de ses déterminants et facteurs de risque et a perturbé les services de soins des MNT.

Cependant, même si l'on regarde les données pré-pandémiques, la situation ne semble pas bonne. Grâce à l'amélioration de la prévention, du diagnostic et du traitement, nous constatons une diminution significative de la mortalité prématurée des MNT dans le monde, la plus forte baisse dans la région européenne de l'OMS au cours des deux dernières décennies. Mais, malgré ces progrès, le rythme du changement dans la plupart des pays est trop lent pour atteindre la cible 3.4 des ODD. Selon l'Organisation mondiale de la santé, au rythme actuel d'amélioration, la cible 3.4 des ODD ne sera pas atteinte d'ici 2030 (QUI 2022).

Qu'en est-il de l'Union européenne, à quel point sommes-nous proches d'atteindre l'objectif SDG3 NCD ?

Dans l'UE, le «probabilité de mourir entre 30 et 70 ans d'une maladie cardiovasculaire, d'un cancer, d'un diabète ou d'une maladie respiratoire chronique» est passé de 15.8 % en 2010 à 13.4 % en 2019 (L'Observatoire mondial de la santé, 2022). Bien que cela représente une réduction moyenne de 1.9 %, le rythme réel des progrès a régulièrement diminué au cours des dernières années. D'après nos estimations, la mortalité prématurée due aux MNT n'aura été réduite que de 23 % d'ici 2030, par rapport à 2015. C'est 10 % de moins que l'objectif de 33 %, ce qui signifie que l'UE n'est pas non plus sur la bonne voie.

Probabilité de mourir entre 30 et 70 ans en Europe. Extrait de l'OMS 2022 (Cliquez pour accéder au rapport d'origine)

Le rapport d'Eurostat 2022 nous indique que les tendances des facteurs de risque sont mitigées. Par exemple, alors que la part des fumeurs a diminué, ce qui peut expliquer en partie la diminution des maladies non transmissibles, la part des personnes obèses et en surpoids a augmenté dans l'UE. En 2019, plus de la moitié des Européens de plus de 18 ans étaient en surpoids ou obèses, une statistique alarmante. De plus, ces taux sont liés à fortes inégalités de santé : les taux d'obésité varient de 11.4 % pour les personnes ayant fait des études supérieures à 20.3 % pour les personnes ayant fait des études secondaires inférieures ou inférieures. On observe également de grandes différences entre les États membres de l'UE, avec des valeurs allant de 10.9 % à 28.7 % pour les personnes obèses de plus de 18 ans (Eurostat 2022).

Alors que le monde est sur la bonne voie, l'Assemblée mondiale de la santé de mai 2022 a approuvé une série de mesures contre les MNT et un important Feuille de route mondiale de mise en œuvre pour accélérer l'action contre les maladies non transmissibles (2023-30). La Commission européenne a emboîté le pas et a lancé son tout premier Initiative MNT « En meilleure santé ensemble » (2022-27) en juin 2022.

La nouvelle initiative de l'UE sur les MNT - qu'est-ce que c'est ?

L'initiative NCD est essentielle pour nous aider à accélérer nos actions. Il se compose d'un vaste boîte à outils pour guider les pays de l'UE à identifier leurs priorités et à mettre en œuvre des mesures efficaces pour réduire les maladies non transmissibles et améliorer la santé et le bien-être des citoyens. Il fournit des informations précieuses et des recommandations concrètes pour l'action. L'initiative couvre les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies respiratoires chroniques et la santé mentale. Le cancer est couvert par Le plan européen de lutte contre le cancer.

illustration en meilleure santé ensemble

L'initiative MNT est soutenue par un financement ambitieux du Programme EU4Health. Il vise à mettre en œuvre des actions sur le terrain et à sélectionner des interventions qui pourraient bénéficier d'un financement de l'UE pour parvenir à un déploiement plus rapide et plus large. Il vise également à réduire les inégalités en matière de santé au sein et entre les États membres de l'UE. Mais sera est-ce suffisant pour lutter contre les MNT et les tendances mentionnées ci-dessus ?

Les MNT coûtent aux économies de l'UE 115 milliards d'euros, soit 0.8 % du PIB, par an en plus d'autres coûts sociétaux associés, tels que la perte de main-d'œuvre, de productivité et les coûts de l'aide sociale. En ce sens, nous avons besoin d'un changement ambitieux, structuré et systémique aux niveaux européen et national pour réduire le coût de 115 milliards d'euros de la "réparation".

L'UE et les États membres doivent fournir et soutenir une approche véritablement stratégique à travers les secteurs et le gouvernement qui comprend une action sur les déterminants sous-jacents des MNT (tels que la pauvreté, la protection sociale et les déterminants commerciaux de la santé) et a des objectifs clairs et mesurables. Comme l'a souligné EuroHealthNet dans son dernier déclaration sur l'initiative de l'UE sur les MNT, l'initiative est extrêmement utile lorsqu'elle est complétée par une forte coordination au niveau de l'UE et des États membres et une approche intégrée de la lutte contre les maladies non transmissibles dans le cadre des efforts visant à mettre en place des systèmes de santé résilients.

La santé publique, la promotion de la santé et la prévention des maladies sont des éléments essentiels d'une telle approche structurée. Ils ont tant à apporter à l'amélioration de notre santé et de notre bien-être, comme en témoigne le large éventail d'articles de cette édition de notre magazine. Les initiatives et approches décrites ont un impact positif sur les déterminants de la mauvaise santé et réduisent directement l'incidence et la prévalence des MNT. Je suis donc vraiment ravi de partager avec vous une autre excellente édition, couvrant le travail crucial du partenariat EuroHealthNet.

clément-falize-apRVMbyfQko-unsplash

Investir dans la santé tout au long de la vie

En Espagne, le Stratégie globale andalouse pour la promotion d'un mode de vie sain (actuellement en cours de rédaction) prend une approche intersectionnelle et holistique de la promotion de la santé, en tenant compte des points de vue des entreprises, de la société civile et des particuliers.

Au Pays de Galles, le Expériences d'enfance défavorables (ACE) Hub  protège le bien-être des enfants en prévenant et en atténuant les abus et autres événements traumatisants, en brisant le cycle à long terme et souvent intergénérationnel des ACE, de l'adversité et des traumatismes tout au long de la vie.

clément-falize-apRVMbyfQko-unsplash

An article résumant le séminaire EuroHealthNet 2022 reflète les leçons apprises, y compris la valeur d'investir dans des programmes complets de promotion de la santé en milieu scolaire et de corriger les perceptions erronées concernant les impacts d'une population vieillissante sur l'économie.

kenny-eliason-qo6_mo9dsYg-unsplash
kenny-eliason-qo6_mo9dsYg-unsplash

Prescription sociale

Au cours des dernières années, la prescription sociale est devenue une pratique de promotion de la santé qui permet aux prestataires de soins primaires de connecter les gens au soutien communautaire afin d'améliorer la santé et le bien-être. Luciana Costa de l'Institut national portugais de la santé Doutor Ricardo Jorge (INSA) partage avec nous un compte personnel du Country Exchange d'EuroHealthNet Vc'est, parlant de la valeur de la prescription sociale, de l'illumination personnelle et de l'importance des approches intersectorielles.

En Autriche, où une consultation sur cinq en soins primaires est due à des problèmes de santé, mais non médicaux, un projet mené par l'Institut national de santé publique autrichien a soutenu neuf établissements alors qu'ils expérimentaient la prescription sociale. Parallèlement, le projet européen Culture4Health vise à faciliter l'échange de connaissances et d'histoires de réussite liées à le rôle de la culture dans le soutien du bien-être et de la santé.

Espaces verts et publics

Les conditions de logement et l'accès aux espaces verts sont importants non seulement pour prévenir les maladies non transmissibles, mais aussi pour favoriser le bien-être général. Dans la capitale lettone, Riga, un Le programme de développement 2022-2027 vise à relever les défis posés par le changement climatique, en donnant la priorité aux déplacements respectueux de l'environnement dans la ville, en améliorant l'accès aux soins de santé et à l'aide sociale et en garantissant un écosystème urbain résilient.

En appliquant une approche "création de lieux", Wales vise à façonner les environnements à travers le prisme de la santé et du bien-être, et à soutenir les communautés qui permettent aux gens de faire des choix de vie plus sains, de prévenir les maladies, de lutter contre les inégalités et d'améliorer l'accès aux services et aux installations.

géraldine-lewa-YoZcZbQjerg-unsplash
derek-finch-Gi8Q8IfpxdY-unsplash
derek-finch-Gi8Q8IfpxdY-unsplash

Accès et discrimination aux soins de santé

Bien que les soins de santé soient un besoin fondamental et universel, certains groupes sont toujours confrontés à des obstacles et à la discrimination, souvent dus à la discrimination et à l'incompréhension ou au manque d'intérêt des professionnels de la santé pour les antécédents de leurs patients. Aux Pays-Bas, Pharos s'efforce de améliorer les soins de santé pour les personnes issues de l'immigration, et réduire les disparités en matière de santé entre les personnes ayant un statut socio-économique supérieur et inférieur et des origines migratoires différentes en fournissant des conseils aux établissements de santé.

Les migrants (sans papiers) peuvent rencontrer des difficultés particulières pour accéder aux soins de santé, car ils ne sont souvent pas familiarisés avec le système de santé, et sont confrontés à la discrimination et à la peur des répercussions s'ils contactent les autorités. Dans le sud de l'Italie, le projet FARI fournit des informations et aiders étranger communautés naviguer dans le système de santé et de services sociaux, promouvant le droit universel aux soins.

N'hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de ce magazine. EuroHealthNet continuera à rechercher, collecter et partager des exemples de politiques, de pratiques et de résultats de recherche prometteurs qui ont un impact sur la santé et le bien-être, y compris la réduction des MNT. Nous souhaitons contribuer à la mise en œuvre de l'initiative de l'UE sur les MNT et aider à atteindre l'ODD 3 d'ici 2030. Si vous avez des pratiques ou des innovations à partager, n'hésitez pas à nous contacter.

Caroline Costong
Directeur at EuroSantéNet | + de publications

Caroline Costongs est directrice d'EuroHealthNet et experte en santé publique et promotion de la santé. Caroline dirige une équipe multidisciplinaire travaillant sur les politiques européennes et (sous-)nationales, le plaidoyer, la recherche et le renforcement des capacités pour lutter contre les inégalités en matière de santé. Caroline est active dans divers forums de l'UE et de l'OMS, des conseils consultatifs et divers projets de l'UE, et est membre de l'ICC - Conseil international pour la Conférence européenne de santé publique.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *


La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

 

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Vous serez abonné au bulletin mensuel «Health Highlights» d'EuroHealthNet qui couvre l'équité en matière de santé, le bien-être et leurs déterminants. Pour en savoir plus sur la manière dont nous traitons vos données, visitez la section `` confidentialité et cookies '' de ce site.

Le contenu de ce site Web est traduit automatiquement de l'anglais.

Bien que tous les efforts raisonnables aient été faits pour fournir des traductions exactes, il peut y avoir des erreurs.

Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.

Passer au contenu